Historique

Le groupe Belzébuth est né en décembre 2001, alors que quatre musiciens se réunissaient pour partager une passion commune : la musique traditionnelle. Bouche à oreille, annonces sur Internet et quelques mois ont suffit à compléter cette jeune formation toute lanaudoise, heureuse d’avoir enfin la chance de partager son plaisir à jouer de la musique traditionnelle avec tous et chacun.

L’année 2002 débute avec l’enregistrement d’un démo en mars et la présentation du premier spectacle officiel du groupe le 11 mai 2002. La formation fera une vingtaine de spectacles dans la région Lanaudière en plus d’assurer la première partie du groupe La Volée d’Castors au Medley à Montréal. Belzébuth a aussi offert la performance qui se mérita le premier prix du concours Les Étoile de Demain organisé par la Société de développement du centre-ville de Joliette.

Le groupe montera sur de prestigieuses scènes lors de l’année 2003. En effet, le groupe s’envole en Europe en juin pour prendre part au Festival Folklore du Monde de St-Malo et au Festival des Arts traditionnels de Mûr-de-Bretagne en France. Tout juste de retour pour participer au Festival Mémoire et Racines de Lanaudière à titre de groupe de la relève, Belzébuth organise aussi la Soirée de tous les diables qui deviendra un événement annuel à ne pas manquer. À travers une trentaine de spectacles, ils endiablent les foules lors de fêtes nationales, de soirées privées, de festivals, ainsi que dans les bars de la région.

En 2004, le groupe entre en studio pour l’enregistrement de son premier album. Au même moment, il travaille le vaste répertoire de la troupe de danse Tam ti delam de Sept-Îles avec laquelle il partira en tournée. En effet, après avoir participé au Mondial des Cultures de Drummondville, Belzébuth accompagne la troupe de danse lors du Festival International Folklorique d’Octodure à Martigny en Suisse et du Festival International de Folklore à Port-sur-Saône en France. Dès son retour, il lance enfin son premier album, Les péchés du diable.

Avec son premier album comme carte de visite, le groupe présente près d’une trentaine de prestations durant l’année 2005. De Québec à Sept-Îles, en passant par Amqui, Victoriaville, la Beauce et bien sûr la région de Lanaudière, Belzébuth va même mettre le feu aux poudres jusqu’à Charlottetown, à l’Île-du- Prince-Édouard. Un grand pas est franchi dans la carrière de la formation quand Patrice Jetté et Maude Malo, travaillant alors pour Communications Patrice Jetté (LanauSpec), deviennent les agents de spectacles du groupe. Les spectacles deviennent dès lors plus nombreux et plus étendus dans la province et au même Canada anglais ! Le premier guitariste du groupe, Patrice Lane, quitte l’aventure à l’été 2006, ce qui n’empêche guère Belzébuth de faire lever les foules à cinq musiciens pendant un an. Les Grands prix Desjardins de la culture de Lanaudière récompense d’ailleurs Belzébuth par le prix Relève.

L’année 2007 marque le groupe par une distinction de l’OFQJ dans la catégorie Culture et communication, une première participation au Festival du Voyageur de Winnipeg et leur tournée en France et en Suisse qui leur a permis de participer au prestigieux Guiness Irish Festival de Sion. Cette même année, ils fêtent la sortie de leur deuxième album En faisant semblant de rien et l’arrivé du multi-instrumentiste Louis-Vincent Gagnon. La fin de l’année est couronnée par une prestation devant plus de 30 000 personnes dans le cadre des Fééries du Vieux-Montréal, événement pour lequel le groupe est porte-parole.

Une première tournée en Alberta et en Colombie-Britannique ponctue le printemps 2008 avant de souligner le 400e de la ville de Québec. L’année suivante, Belzébuth repart conquérir la France et la Belgique et participe au festival Les Filets bleus à Concarneau en Bretagne. Voulant raffermir sa structure et son administration, Le groupe Belzébuth devient un OBNL et forme un conseil d’administration composé de musiciens et de membres externes. Le groupe travaille désormais avec l’agence de spectacle Côté Productions. Une équipe de tournage, ayant pour projet un documentaire, accompagne le groupe lors de leur deuxième tournée en Belgique où le groupe fait un tabac.

Belzébuth se voit offrir l’opportunité d’être le groupe de musique traditionnelle du célèbre défilé de la Fête nationale 2010 qui est diffusé par Radio-Canada. Ce même été, la formation lanaudoise performe pour une deuxième fois au Festival acadien de la Nouvelle-Acadie. Cette performance haute en couleur fut captée par l’équipe du réalisateur Phil Comeau pour un documentaire sur les Acadiens du Québec qui sera diffusé au printemps 2012 sur les ondes de Radio-Canada. Le groupe s’enracine localement puisqu’il revient une deuxième fois en six mois à Saint Jacques pour partager la scène avec le groupe lanaudois La Volée d’Castors.

C’est en 2011 que la formation perce le marché ontarien avec un franc succès au Blue Skies Music Festival et au Eaglewood Folk Festival à la suite d’une participation au showcase officiel de l’OCFF. Dans le but de rendre hommage aux Acadiens de Lanaudière qui ont su perpétuer la chanson traditionnelle, Belzébuth écrit et compose une chanson sur leur périple de la France à la Nouvelle Acadie. Elle devient la chanson thème du Festival acadien de la Nouvelle Acadie. Fin 2011, après de long mois de travail et de macération, Belzébuth lance son troisième long jeu en carrière ayant pour titre Suite 8. Cet album démontre la maturité et le talent musical que le groupe a su développer depuis ses débuts en 2001.